Lexique biblique grec et hebreu en ligne gratuit


Outils Bibliques
Lexique biblique
Lexique Hébreu
Lexique Grec
Bibles
Louis-Segond
Louis-Segond (strong)
Darby
Tob
Commentaires
J.N. Darby




Ajoutez le lexique biblique à votre site Internet:


Lexique Grec et Hébreu, strongs grecs et hébreux et concordance

Lexique grec - Strongs Grecs - Concordance grecque

Lexique Grec avec numeros strongs français Le Nouveau Testament fut écrit en grec. Cette langue s'était répandue dans tout le bassin méditerranéen depuis la conquête d'Alexandrie par les Grecs (330 avant Jésus-Christ). Certaines citations, entre autre des paroles de Jésus, sont aussi en araméen. C'est d'ailleurs parce que leurs auteurs étaient juifs que les évangiles ont une saveur araméenne.


Lexique hébreu - Strongs Hébreux- Concordance hébraique

Lexique Hebreu avec numeros strongs français La première partie de la Bible - que l'on n'appelait pas encore l'Ancien Testament - fut presque entièrement écrite en hébreu. Quelques passages sont en araméen, langue apparentée à l'hébreu et parlée à l'époque de Jésus. L'hébreu était alors une langue savante, certes comprise de tous mais la langue sacrée, langue de l'enseignement religieux.

Télécharger les polices grec et hébreu



Comment les copies des textes bibliques nous sont-elles parvenues ?

Grâce à des copistes, dont le métier était de recopier, avec la plus grande exactitude possible, les textes sacrés.

Chez les juifs, les écoles de scribes remontent au moins à l’époque d’Esdras (Ve s. av. J.C.) Le but des traducteurs était de reproduire aussi précisément que possible le texte original de l’Ancien Testament hébreu. Ils ne cherchèrent pas à interpréter le sens des Ecritures mais à transmettre aux futures générations l’authentique parole de Dieu. Pour ce faire, ils rassemblèrent des manuscrits et des traditions orales partout où ils purent s’en procurer. Le texte massorétique qui en résulta montre que chaque mot et chaque lettre fut vérifié avec soin. Que ce soit pour l’hébreu ou pour l’araméen, ils soulignèrent les mots étrangement orthographiés, les différences inhabituelles de grammaire et notèrent toutes les variantes entre les différents manuscrits. Alors que les textes hébreux omettaient toutes les voyelles quand on les écrivait, les Massorètes introduisirent des signes-voyelles pour garantir une prononciation correcte.